• Retrouvez nous sur Facebook

Actualités 2017 et 2018

Rappel : La catégorie BEA limite son titulaire à la conduite des véhicules à embrayage automatique = code 78 indiqué sur le Titre de Conduite.

À compter du 01/01/2017, le titulaire d’un permis catégorie BEA depuis au moins six mois, pourra suivre une formation de 7 heures de pratique, en auto-école, afin de transformer son permis en catégorie B « classique » (et pouvoir, ainsi, conduire un véhicule à boîte de vitesse manuelle et pédale d’embrayage).

En effet, il n’aura plus à faire valider ses compétences par un test auprès d’un inspecteur du permis… C’est l’auto-école dans laquelle il aura effectué cette formation qui lui délivrera une « attestation de suivi de formation » lui permettant de faire transformer, en Préfecture, son Titre de conduite catégorie BEA au profit de la catégorie B. (Remarque : Il ne pourra conduire un véhicule à boîte manuelle que lorsqu’il sera en possession du Titre de Conduite rectifié).

 

 

 

Les vitres teintées à l'avant interdites en 2017

L’article 27 du décret n°2016-448 du 13/04/2016, paru au JO le 14/04/16, fixe la transparence légale des vitres latérales avant et celle du pare-brise. Celles-ci doivent avoir une transparence suffisante, c’est-à-dire avec un facteur de transmission régulière de la lumière égale à 70% au minimum et ce aussi bien « de l’intérieur que de l’extérieur du véhicule ». Tout contrevenant à ces nouvelles dispositions s’expose à une amende de 4ème classe (135€ + retrait de 3 points). Les conducteurs concernés avaient jusqu'au 1er janvier 2017 pour mettre leur véhicule en règle (sauf dérogation pour raisons médicales).

 

 

 

Depuis le 31/12/16, de nouvelles infractions verbalisables, sans interception du conducteur, seront progressivement prises en compte par l’intermédiaire de radars homologués et de la vidéo-verbalisation : défaut du port de la ceinture ; usage du téléphone ; circulation, arrêt ou stationnement sur les bandes d'arrêt d'urgence ; chevauchement et franchissement des lignes continues ; non-respect des règles de dépassement, des « sas-vélos » et défaut de port du casque à deux-roues motorisé. S’ajoutera, d’ici le 31 décembre 2018, le défaut d’assurance.

 

 

 

Les 16/12/16 & 01/01/17 : Uniformisation des dimensions des plaques d’immatriculation généralisée à l’ensemble du parc des véhicules à moteur à 2 ou 3 roues et quadricycles à moteur, non carrossés : Format unique 21 cm par 13 cm (soit celui des plaques posées depuis le 01/07/2015).

Les plaques aux anciens formats (posées avant le 01/07/2015) devront être changées avant le 01/07/2017.

 

 

 

Le 22/03/2017, obligation de porter un « casque pour cycliste conforme... et revêtu du marquage CE » pour les conducteurs et les passagers de cycle (vélo) âgés de moins de douze ans.

Petit rappel : Faire du vélo sur le trottoir est interdit au-delà de 8 ans.


© Auto-école ESPACE CONDUITE à MENTON, permis auto (B & AAC), permis moto (A, A2 & A1), formations BSR (pour permis AM), 7 H sur 125 cm3 ou 7 H pour passage du permis A2 au permis A.

Priorité aux convois exceptionnels...

Depuis le 01/03/17, les convois exceptionnels sont prioritaires aux intersections. Lorsqu'il s'agit de franchir un feu tricolore, l'ensemble du convoi a la priorité si le véhicule de tête est passé au vert. Si le feu passe au rouge pendant que le reste du convoi franchit le carrefour, le convoi et son escorte conservent la priorité. En revanche, le convoi exceptionnel reste tenu de laisser la priorité aux véhicules d’urgence.

Dépôts de bilan d'auto-écoles en 2017...

Les dépôts de bilan d'auto-écoles ont augmenté de 37 %, au cours du 1er trimestre 2017 ; ce qui représente, en un an, 70 auto-écoles « touchées-coulées » de plus. Ce chiffre ne cesse d’augmenter depuis 2013 (année qui avait déjà déploré 42 défaillances d’auto-écoles). Début avril 2017, c’est une « plateforme de formation au permis en ligne » qui déposait le bilan… Bien qu’elle ait été rachetée en mai par « une holding » (et heureusement pour ses élèves qui avaient payé d’avance, la start-up ne disposant pas d’assurance en cas de défaillance !), ces « nouveaux acteurs, casseurs de prix » étant proportionnellement très peu nombreux, cela démontre bien que « pratiquer des prix bas » n’est pas viable et, particulièrement, dans un domaine comme celui des auto-écoles où de nombreux coûts sont incompressibles et, contrairement aux « idées reçues » (véhiculées pas les médias et les politiques), où les marges bénéficiaires sont modiques si l’on se conforme aux règles imposées et que l’on emploie des moniteurs salariés.

 

Maintenant, vous ne pourrez plus dire que vous ne le saviez pas !

 

 

Bien choisir son auto-école

Bien choisir son auto-école

Publication des Taux de réussite 2016...

Bien que nous ne soyons pas pour la publication des taux de réussite (et nous nous en expliquons sur ce site, ici : http://www.espaceconduite06.fr/fr/taux-de-reussite-et-apres…) puisque ceux de 2016 ont été divulgués le 21/09/2017 sur Internet, nous en profitons pour remercier nos élèves de la catégorie auto (B) pour leur investissement personnel (les efforts fournis, l’écoute et l’application des consignes, etc.) et les féliciter pour le résultat « global » qu’ils ont obtenu. En effet, c’est le meilleur de toutes les auto-écoles, à plusieurs kilomètres à la ronde ! Dommage que l’on ne fasse pas figurer également la « moyenne d’heures de conduite prises par candidat » car cela démontrerait bien que Jac, moniteur et responsable pédagogique de notre établissement, se donne à fond pour que nos élèves aient le niveau « présentation à l’examen du permis » en un minimum d’heures « possible » (car il est évident que nous ne sommes pas tous égaux devant l’apprentissage de la conduite, comme pour tout apprentissage d’ailleurs, et que, de ce fait, certains doivent quand même effectuer plus d’heures que d’autres, pour atteindre un même niveau…).


Pour les taux de réussite de 2016 de notre établissement comme des auto-écoles alentours, c’est ici : https://www.vroomvroom.fr/auto-ecoles?latitude=43.7919&longitude=7.49334&location=Menton,%20Provence-Alpes-C%C3%B4te%20d%27Azur,%20France


Quant à ceux des « auto-écoles en ligne » (« start-up » gérées par des actionnaires et non par des professionnels de l’enseignement de la conduite) et au « système » qu’ils cherchent à mettre en place, ces articles sont édifiants ! Nous vous incitons à les lire… :

https://www.permismag.com/taux-de-reussite-2016-auto-ecole-en-ligne/ - mais également celui-ci - https://www.permismag.com/ornikar-demarche-auto-ecoles/

 


© Auto-école ESPACE CONDUITE à MENTON, permis auto (B & AAC), permis moto (A, A2 & A1), formations BSR (pour permis AM), 7 H sur 125 cm3 ou 7 H pour passage du permis A2 au permis A.


Taux de réussite 2016 publiés le 21/09/2017 sur Internet

Taux de réussite 2016 publiés le 21/09/2017 sur Internet

Vitesse maximale autorisée à 80 km/h. :

Le 1er Juillet 2018, entrée en vigueur du texte ayant pour objet l’abaissement de la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles à chaussée unique sans séparateur central (environ 400 000 kilomètres de routes sont concernés). En revanche, la vitesse maximale autorisée est maintenue à 90 km/h sur les sections de routes comportant au moins deux voies affectées à un même sens de circulation, et ce sur ces seules voies (dans la mesure où elles sont conçues pour permettre des dépassements sécurisés de véhicules).

Objectif de cette mesure : épargner entre 300 et 400 vies par an, les voies concernées concentrant près de deux tiers de la mortalité routière. Faire baisser la vitesse permet, notamment, de diminuer les distances de freinage : en effet, la distance d'arrêt est de 57 m pour un véhicule roulant à 80 km/h contre 70 mètres pour un véhicule roulant à 90 km/h.

L’expérimentation réalisée sur 3 tronçons de routes nationales, totalisant 86 kilomètres, entre juillet 2015 et juillet 2017 a démontré que cette réduction de la vitesse maximale autorisée permettra également d’améliorer la fluidité du trafic sur ces voies et de réduire les émissions polluantes dans l’environnement.

 

Ça ne s’arrange pas pour les auto-écoles

Augmentation des faillites dans le « secteur auto-école » !

 

Le secteur des auto-écoles continue, malheureusement, d’enregistrer une hausse des dépôts de bilan. En effet, au 1er trimestre 2018, on constate une hausse de 26 % (en 3 mois, 90 auto-écoles ont encore mis la clé sous la porte). Article du 27/04/2018 de la Tribune des Auto-écoles.

https://www.tribune-auto-ecoles.fr/actualite-auto-ecole/magazine-enseignant-de-la-conduite/economie/entreprise-t-10/augmentation-des-faillites-dans-secteur-auto-ecole-a-499/

 

Le « VÉRITABLE » label qualité d'État

Le « VÉRITABLE » label qualité d'État

31.08.2018 au plus tard

Attention ! Le « véritable » label (mis en place par l’État et délivré par le Ministère de l'Intérieur) est intitulé « Qualité des formations au sein des écoles de conduite ».

Le « label qualité » tel qu’il a été, finalement, mis en place par le gouvernement est très contraignant et engendrera, au final, des frais supplémentaires (non mentionnés, non pris en compte, mais qui existent réellement).

 

En effet, la garantie financière devient obligatoire (alors qu’elle ne l’était, jusque là, que pour les auto-écoles proposant le « permis à 1 € » ; ce qui était, alors, évidemment normal).

 

Par ailleurs, ce label est « synonyme » d’une lourde charge de travail supplémentaire qui aura également, bien entendu, un coût.

 

Sanction pour les auto-écoles qui n’auront pas ce label : L’État nous supprime des formations alors que nous les dispensions, jusqu’à présent, puisque nous avions obtenu les diplômes d’État nous y autorisant ! (Sans parler des stages obligatoires de « réactualisation des connaissances » que nous sommes tenus d’effectuer tous les 5 ans en même temps que la demande de « renouvellement de notre agrément préfectoral » et sans compter la demande périodique de « renouvellement de notre autorisation d’enseigner » avec visite médicale etc.).

 

Ce qui revient à dire que, malgré nos diplômes obtenus pour chacune des catégories enseignées, notre expérience et l’étude régulière, sur dossier complet, des renouvellements ,d’une part, de notre autorisation d’enseigner et, d’autre part, de l’agrément nous autorisant à exploiter une auto-école et/ou moto-école…, nous devons aujourd’hui PAYER pour être autorisés à dispenser des formations que nous donnions auparavant sans toutes ces simagrées. D’un seul coup, notre profession est « dévalorisée » et la qualité de notre enseignement est remise en cause, si l’établissement n’a pas ce « label » !

 

Au final, les perdants seront les consommateurs qui, pour certaines formations, n'auront plus qu’un choix restreint d’établissements qui les proposeront. Par conséquent, il y aura moins de concurrence voire, peut-être même, une sorte de « monopole » à long terme… Le but, soi-disant, recherché est donc loin d’être atteint !

 

Nous avons fait le choix de ne pas demander ce « label », les avis de nos élèves étant suffisamment éloquents pour qui veut bien l’entendre.

 

Surtout, lorsque l’on voit que les auto-écoles faisant partie d’un « groupe » ont obtenu pratiquement « d’office » un « label qualité », sachant pourtant que certaines ont, depuis longtemps déjà, tiré un trait sur la sécurité. Effectivement, certaines auto-écoles labellisées donnent, par exemple, des cours de moto sans se préoccuper de la sécurité : moniteurs faisant les démonstrations ou « le passager », lors de l’entraînement « Plateaux », sans casque… Eh oui ! Mais ce n’est pas tout : Élèves mal protégés (pas de gants, de chaussures montantes, voire en tenue de jogging ou bras et jambes découverts…). …Et ce n’est pas mieux en formation auto : certains moniteurs sont continuellement « pendus » au téléphone ! Quelle image, en plus d’être dangereux et, bien entendu, contraire à la règlementation du code de la route… Quel exemple pour l’élève qui, d’ailleurs, n’est pas formé pendant ce temps là ! De qui se moque-t-on ?

 

Le pire c’est que nous appliquons (et avons toujours appliqué) tous les « principes » et « règles » énoncés dans la « charte qualité » pour satisfaire à ce « label » et, par conséquent, l’obtenir. Mais la lourdeur des démarches à faire pour se le voir délivrer nous oblige à y renoncer.

 

Ce « label qualité » est devenu une mascarade, pour ne pas dire une supercherie ! Voire une véritable chienlit. Car, attention, comme à chaque mise en place d’un label, d’autres labels viennent interférer et semer la confusion… Dans notre profession, le label mis en place par les « groupes » n’a pas les mêmes exigences que le « label qualité de l’État » ! Parmi eux, il existe notamment (et pour l’instant) : « La charte éthique » du CNPA, « Le label CER » (CER = « C’est Être Responsable », curieusement devenu, en 2017, « C’Est Réussir » !), « Le label ECF »…

 

Devant la multiplication de ces chartes et autres labels (leur contenu étant souvent technique) n’y a-t-il pas, pour le grand public, un risque de confusion ? Les élèves vont-ils s’y retrouver et savoir faire la part des choses ? Ne risque-t-on pas, au final, d’amoindrir la portée de ces engagements de qualité.

 

Les établissements qui ne souhaitent pas adhérer à ce label d’État « Qualité des formations au sein des écoles de conduite » devront progressivement cesser de proposer les 4 prestations suivantes dans les six mois à compter de l’entrée en vigueur de l’arrêté, soit au plus le tard le 31 août 2018 :

- Permis à 1 euro par jour ;

- La « Formation 7 H » pour le B code 96 = B remorque supérieure à 750 kg sans que l'ensemble ne dépasse 4,25 tonnes ;

- La « Formation 7 H » pour la « régularisation » de la catégorie B code 78 (pour raisons non médicales, boîte automatique) ;

- Organiser le futur « rendez-vous post-permis » pour conducteurs novices.

 

Aujourd’hui (article écrit le 12/05/2018), « le label de l’État » ne concerne que ces formations. Les « deux-roues » en sont, pour l’instant, écartés. Cependant, ces formations devraient faire l’objet d’une labellisation ultérieure ! Ce qui n’a pas empêché la Préfecture des Alpes-Maritimes de mettre en place, en avril 2018, une « charte qualité pour les deux-roues » basée uniquement sur le volontariat. Le problème c’est que seulement certaines moto-écoles du département (soit uniquement 22) en ont été informées. Sinon, nul ne peut douter que toutes les moto-écoles l’auraient signée puisqu’il ne s’agit, cette fois, que d’un simple engagement. Souhaitons, au moins, que celles qui l’ont déjà signée revoient, au minimum, leur « politique de sécurité » interne !

 

Alors, soyez vigilants ! Le « véritable » label de qualité (mis en place par l’État et délivré par le Ministère de l'Intérieur) est intitulé « Qualité des formations au sein des écoles de conduite ». Ne confondez pas avec les « label de réseaux ». Les auto-écoles indépendantes, comme la notre, n’ont donc pas le « choix des labels » mais n’ont pas, pour autant, une moins bonne qualité d’enseignement. ;)

 

© Auto-moto-école Espace Conduite, 2 Avenue Carnot à MENTON (06500)

 

Lire la suite
Ne pas confondre les différents Labels ou Chartes Qualité ...avec « Le VRAI label », celui délivré par le Ministère de l'Intérieur !

Ne pas confondre les différents Labels ou Chartes Qualité ...avec « Le VRAI label », celui délivré par le Ministère de l'Intérieur !

Report de la labellisation au 01.11.2018

La mise en place du « label qualité de l’État » a été reportée au 1er novembre 2018 ! ATTENTION, toutefois, cela risque d’être pire encore après… En effet, ils envisagent de priver de leurs droits à effectuer les formations « 7 H sur 125 cm3 » et « 7 H pour le passage de la catégorie A2 vers la catégorie A », les auto-moto-écoles non labellisées ! Si c’est le cas, le choix des consommateurs va donc se restreindre par la même occasion… Ça sent la mort des petites auto-moto-écoles indépendantes avec la mise en place insidieuse de « monopoles » et tout ce qui va avec… !

Contrôle technique renforcé le 20.05.18